Le musée de la piscine de Roubaix 🏊🏻‍♂️

Les musées sont ouverts ! 

Fermés depuis sept mois à cause de la crise sanitaire, les musées ont pu ré-ouvrir cette semaine. Pour l’occasion nous avons décidé de vous faire visiter l’un des plus beaux musées de la région, le musée de la Piscine de Roubaix avec le conservateur du musée Bruno Gaudichon. 

Ce 19 mai marque le grand retour des habitués du musée de la Piscine. Ils étaient plusieurs dizaines à être accueillis par des applaudissements à l’entrée. Connu pour son bassin, cette ancienne piscine regroupe plusieurs centaines d’œuvres, du textiles de haute couture à la peinture en passant par les sculptures, le musée de la Piscine propose un large choix d’œuvres. 

C’est avec un large sourire que monsieur Gaudichon, directeur du musée de la Piscine nous rejoins à l’étage pour évoquer ce jour si particulier. « c’est quand même beaucoup de bonheur, on ne va pas se cacher », souligne-t-il. Touché de voir la fil d’attente devant son musée, il n’a pas hésité à rappeler que le musée n’avait jamais cessé de vivre même pendant le confinement. « La grande différence entre une œuvre sur internet et une œuvre en face c’est l’émotion et heureusement que cela existe… » affirme t-il. 

Très souvent reporté avant la pandémie, le musée a pu cette fois organiser une exposition autour de l’œuvre de Robert Wherlin. En perpétuelle organisation depuis l’annonce des mesures sanitaires, la Piscine de Roubaix n’ouvrira ces deux grandes salles d’expositions qu’à partir de fin juin pour les expositions d’été. 

Le musée doit faire face à des mesures sanitaires très particulières, 8m2 par personne, une jauge de 1000 personnes par jour, mais rien qui ne décourage le conservateur. « De toute façon c’est 8m2 par personne, on ne trace pas un cercle autour de chacun […] En plus chez nous c’est un peu abstrait parce que 8m2 alors qu’on a une très grande surface sous plafond c’est pas la même chose », ajoute Bruno Gaudichon. 

La seule façon d’être sûr de pouvoir venir au musée c’est la réservation, « Vous voyez c’est un peu comme au vaccinodrome, où on attend pour savoir si il y aura une dose de libre, ici il risque d’y avoir des gens qui vont attendre pour savoir si il y a une entrée possible », explique le directeur du musée. C’est une sensation nouvelle, comme si nous revisitions un lieu que l’on connait par cœur pour la première fois. L’une des œuvres les plus belles de la collection c’est la petite châtelaine de Camille Claudel qui continue après toutes ces années a émerveillé le public, habitué ou non. 

Benjamin Degreve


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s