Les galeries d’arts : seul lieu de culture encore ouvert đź–Ľ

Alors que la crise de la Covid-19 a mis le monde de la culture à l’arrêt, les galeries d’art sont les seuls lieux encore ouvert et exposent toujours un large panel d’oeuvres.

Dans un communiqué de presse, l’association des galeries lilloise a rappelé que tout le monde pouvait pousser la porte.

Nous avons rencontrĂ© Pauline Renard, directrice de la galerie d’art Provost Hacker et Eric Delecourt directeur d’Acid Gallery pour savoir comment ils s’adaptent Ă  cette situation.

Pauline Renard, directrice Provost Hacker Galerie

Ă€ la grande surprise, l’annĂ©e 2020 s’est très bien passĂ©e pour la galerie Provost Hacker, tenue par Pauline Renard. Seul bĂ©mol de cette annĂ©e le confinement et l’annulation de la foire de Lille Art up, vĂ©ritable point de dĂ©part de la saison des galeristes. 

Pour contrer l’annulation d’un des Ă©vènements de l’annĂ©e pour la galerie, Pauline Renard a donc maintenu l’exposition de ses Ĺ“uvres dans sa galerie situĂ© rue voltaire Ă  Lille. Après le confinement de deux mois en mars, la reprise a Ă©tĂ© très bonne puisque, privĂ©s de lieux de culture, les galeries ont quelque peu remplacĂ©s les musĂ©es. 

« Ă€ l’inauguration tout le monde Ă©tait prĂ©sent, en 10 ans on n’avait jamais vu ça Â» L’exposition collective avec 26 artistes a ramenĂ© beaucoup de monde dans la galerie durant l’étĂ© 2020. Finalement malgrĂ© les contraintes la galerie rĂ©ussie Ă  faire l’une des meilleures annĂ©es de son existence.

Comment Pauline Renard explique cet engouement ? Tout simplement parce que les collectionneurs ont plus d’argents Ă  dĂ©penser dans l’art et la culture que dans les vacances ou les restaurants par exemple. « On dĂ©pense autrement, l’argent des voyages peut ĂŞtre dĂ©pensĂ©e dans les Ĺ“uvres d’arts Â» a-t-elle soulignĂ©. 

Les galeries d’arts jouissent Ă©galement d’être le seul lieu de culture encore ouvert. C’est pourquoi cette annĂ©e le nombre de visiteurs a considĂ©rablement augmentĂ© dans les galeries jusqu’à attirer des gens qui n’auraient jamais osĂ© ouvrir la porte d’une galerie. 

« On a envie de faire autre chose, des choses simples et profiter d’un moment simple en discutant avec les gens Â». 

Eric Delecourt, directeur de Acid Gallery

Pour Éric Delecourt, pousser la porte d’une galerie est une chose qu’il veut rendre accessible Ă  tous. « Les musĂ©es sont fermĂ©s et les galeries sont ouvertes alors on vous accueille avec grand plaisir Â». Le gĂ©rant de Acid Gallery situĂ© rue de la collĂ©giale souhaite que ses collègues galeristes fassent Ă©galement un pas en avant vers les amateurs d’arts mĂŞme si ce n’est pas pour acheter. 

« On fait ce mĂ©tier-lĂ  par passion, pour parler d’art et de nos artistes, il n’y a pas qu’une dĂ©marche de vendre derrière Â», assure-t-il. Cet amoureux d’art souhaite voir plus de gens pousser la porte de sa galerie mĂŞme pour discuter, visiter et dĂ©couvrir des Ĺ“uvres. « Vous ĂŞtes ici comme chez vous, c’est l’esprit lillois ». 

Degreve Benjamin


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s