P.C.A.E.T 🍀

đź‘€La MEL a adoptĂ© son Plan Climat Air-Énergies Territorial pour agir localement contre le changement climatique. 

🌿Ce plan vise Ă  rĂ©duire les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre dans les dĂ©placements, les logements, la consommation, l’urbanisme, les activitĂ©s tertiaires et industrielles. 

@metropoledelille

Qu’est-ce que le PCAET ? 

Le plan climat air-Ă©nergies Territorial est d’abord une obligation rĂ©glementaire qui s’impose aux intercommunalitĂ©s comme la MEL, qui demande sur une pĂ©riode de six ans d’établir leur stratĂ©gie pour lutter contre le rĂ©chauffement climatique et de les dĂ©finir comme des rĂ©els objectifs Ă  atteindre pour faire baisser les consommations d’énergies et les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre. 

Pourquoi l’avoir adoptĂ© dĂ©finitivement en fĂ©vrier dernier ? 

Au-delĂ  de la question rĂ©glementaire c’est surtout pour nous un outil politique essentiel dans la lutte contre le rĂ©chauffement climatique. Cela montre toute l’implication de la MEL dans la question de l’urgence climatique. 

Comment se compose le PCAET ? 

C’est un processus long de 42 actions. Depuis 2017 avec de nombreuses collaborations, des acteurs Ă©conomiques, citoyens mais Ă©galement sociaux nous avons rĂ©alisĂ©s ce plan qui s’établit jusqu’à 2050. 

Pourquoi 2050 ? 

2050 c’est une date communĂ©ment admise. C’est la date donnĂ©e par la communautĂ© internationale comme date limite d’atteinte Ă  la neutralitĂ© carbone. Pour faire simple, en 2050 ou avant on sera dĂ©barrassĂ© dĂ©finitivement des Ă©nergies fossiles, le but sera d’avoir un monde et une sociĂ©tĂ© dĂ©carbonnĂ©e. 

Quelles mesures prĂ©voit le plan ? 

La MEL prend un certain nombre de mesures par exemple pour accompagner la rĂ©novation des bâtiments privĂ©s ou administratif mais aussi des logements des particuliers, c’est ça l’enjeu principal. Notre objectif c’est de rĂ©nover 8200 logements par an pour qu’ils contribuent le moins possible aux Ă©missions de gaz Ă  effet de serre avec un accompagnement financiers et technique pris en charge par la MEL. 

Et sur la place de la voiture ? 

Sur la mobilitĂ© c’est de rĂ©duire la place de la voiture individuelle le plus possible. Le but c’est d’offrir des alternatives Ă  chaque fois qu’il en faut. Notamment en transports en commun mais aussi encourager les gens Ă  lâcher leur voiture. Souvent ils ont une alternative mais ils continuent Ă  prendre la voiture, donc les encourager Ă  la marche, au vĂ©lo et Ă©videmment aux transports en commun. 

Quels sont les acteurs impliquĂ©s dans le projet ?

Il y a tous les acteurs Ă©conomiques parce que les entreprises sont des Ă©metteurs de gaz Ă  effet de serre dans leur process de production dans les bâtiments qu’elles occupent. Ces entreprises ont Ă©galement des obligations en la matière. A cĂ´tĂ© de l’entreprise, elle-mĂŞme, il y a ce que les travailleurs font. En effet un citoyen il est aussi travailleur, consommateur, c’est pourquoi il faut penser Ă  chacun de nos actions. 

Comment impliquer les citoyens ? 

L’enjeu c’est bien de regarder comment on peut mieux informer, mieux convaincre et on aura pour ça un outil auquel j’attache beaucoup d’importance qui est le futur Haut conseil MĂ©tropolitain pour le Climat qui est vraiment l’instance de gouvernance du plant climat. Ce conseil est composĂ© d’élu, des reprĂ©sentants des communes, des acteurs sociaux-Ă©conomiques et bien sur des citoyens. 

A quoi va servir ce conseil sur la durĂ©e ? 

Ce haut conseil rendra compte d’abords de l’évolution de chacune des 42 actions qu’on a prĂ©vues avec des indicateurs très concrets le nombre de logement rĂ©novĂ©s, les Ă©missions de gaz Ă  effet de serre quand on peut les mesurer, le nombre de voitures en moins Ă  tel endroit etc… 

Comment est financĂ© ce plan ?  

L’enjeu c’est de regarder si Ă  chaque fois ce budget et ces moyens sont Ă  la hauteur des ambitions. Ça nous amène par exemple sur le vĂ©lo, ça sera dĂ©libĂ©rĂ© dans peu de temps Ă  dĂ©cider d’un plan vĂ©lo Ă  hauteur de cent millions d’euros. On sait qu’il y a des sujets sur lesquels on va devoir augmenter les moyens mis Ă  disposition. 

Sur l’habitat quand on dit qu’on veut rĂ©nover 8200 logements et qu’on va accompagner les propriĂ©taires les plus modestes, on sait que ça coutĂ© de l’argent. C’est un budget global qu’on a Ă©tabli. Ce qu’il faut regarder c’est le budget de la mĂ©tropole en gĂ©nĂ©ral. Nous sommes une des rares collectivitĂ© Ă  avoir d’ores et dĂ©jĂ  expĂ©rimentĂ© ce qu’on appelle le budget climatique. 

En février dernier, en même temps que le vote sur le plan climat on a présenté notre budget et on a présenté ce que chacune des dépenses a comme impact sur le climat. On sait dire qu’aujourd’hui sur quasiment l’essentiel de nos dépenses si elles sont favorables au climat ou défavorable et même parfois neutre.

C’est un geste de transparence en direction des citoyens. Tout habitant de la MEL peut regarder le lien entre l’argent qu’on dĂ©pense et l’action qu’on mène pour le climat. 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s