Les NFT sont la nouvelle révolution artistique

Connaissez-vous les NFT ou jetons non fongibles en français ? Cette nouvelle révolution numérique continue de s’imposer dans le paysage des nouvelles technologies. Ces créations numériques et artistiques se vendent parfois à plusieurs millions d’euros. A Lille nous avons assister à la première exposition sur les NFT en France. 

Pour Éric Delecourt, l’idée de lancer cette exposition ne s’est pas faites tout de suite, lui qui est comme il le dit, très « terre à terre » faire une exposition sur quelque chose de numérique était inenvisageable. Après une rencontre avec son ami de l’atelier télescopique, il s’intéresse au projet et décide de lancer Pictomato, la première exposition sur les NFT en France.

Un NFT c’est une œuvre qui est stocké sur un block Chain, une sorte de coffre-fort que vous payez avec une monnaie virtuelle, chez Acid Gallery c’est l’éther. Cette œuvre numérique vous sera confiez à l’aide d’un code que vous serez le seul à avoir. Pour le gérant d’Acid Gallery ce phénomène continuera de prendre de l’ampleur « Cela a pris une ampleur assez particulière notamment avec les grosses maisons d’enchères qui commercialisent des NFT et celles qu’on vend ont été créés par l’homme à l’inverse des cybers punk qui s’échangent chez Christie’s à près de dix millions d’euros. » Pour l’amateur d’art qu’il est Éric Delecourt a eu du mal à passer le cap, c’est pourquoi il a décidé de rendre ces avatars visibles sur plusieurs IMac de génération 2007 mais également sur de nombreuses affiches pour que chaque personne qui achète son NFT reparte également avec un exemplaire en physique. « J’adhère au procédé… j’ai pris le temps de m’y intéresser, de fouiller, d’aller me renseigner, effectivement aujourd’hui c’est quand même quelque chose… c’est l’avenir en fait », déclare-t-il. 

Alors que de plus en plus de personnes profitent du vernissage dans la galerie, nous rencontrons Maxence cheval, graphiste chez l’Atelier Télescopique qui nous parle de ses centaines d’avatars qui ornent les murs de la galerie. « C’est grâce aux NFT qu’on a remis au gout du jour nos avatars, les Pictomato, on les trouvait intéressant on avait fait une plateforme à l’époque qui permettait au public de créer ces personnages » raconte-t-il. L’Atelier télescopique n’a pas pour but de révolutionner le monde de l’art, cette entreprise installée depuis 20 ans maintenant à la volonté de poser les bonnes questions sur le rapport à l’art. « Je suis conscient que chacun puisse se poser des questions sur ces nouveautés technologiques, on fait cette exposition pour interroger le public, on n’a pas des réponses ». Alors véritable révolution dans le monde de l’art ou phénomène de mode, vous pouvez trouver toutes les réponses chez Acid Gallery au 10 rue de la collégiale à Lille. 

Benjamin Degreve


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s