Lillarious, un festival qui nous fait du bien ðŸ˜€

Pendant près d’une semaine Lille est devenu l’endroit où il fallait être pour rire. Les équipes du Montreux Comedy Festival ont pris d’assaut de nombreux lieux de la capitale des Flandres pour organiser, spectacles, soirées de gala, spectacle virtuel ou encore conférence. 

Lille comme on le sait est une ville particulière pour les artistes. Un public chaleureux et accueillant et une diversité d’endroits qui font de cette ville une ville importante pour les artistes français. C’est pourquoi le directeur du Montreux Comedy festival, fort de ces trente années d’expérience à la tête du plus grand festival d’humour dans le monde a décidé de créer Lillarious. 

C’est lors de la grande conférence sur l’humour que nous avons rencontré Grégoire Furrer. Une conférence qui a pour sujet, « l’humour peut-il sauver le monde ? Â», une question bien compliquée même si François Rollin, l’affirmait sans broncher. Ce festival n’est pas un simple festival d’humour, Grégoire Furrer a la volonté de faire de cet évènement, un véritable état général de l’humour, où les différents acteurs du monde du spectacle se réuniront chaque année, « On ne voulait pas créer des fossés, ce sont plutôt des passerelles, des ponts pour faire en sorte que les gens découvrent et utilise ce festival comme un moment inédit Â», nous affirme-t-il. 

Avec deux soirées de gala, une Learning expedition, mais également des découvertes de pépites francophones, le festival n’est pas à penser comme un Montreux Bis ou un petit frère, Lillarious est un festival unique qui reviendra chaque année, « J’ai créé Montreux, il y a 33 ans, aujourd’hui je crée Lillarious, ce sont deux choses très différentes, évidemment on reste dans l’humour, mais je pense que la marque Lillarious va avoir beaucoup de potentiel Â» développe le président du festival. 

Et pour créer une certaine continuité dans le festival, Lillarious peut s’appuyer sur sa formation de nouveaux comédiens, en partenariat avec l’académie d’humour de Paris. 6 artistes amateurs ont été choisi pour représenter la région par les équipes du festival. Pour Grégoire Furrer, crée un festival sans former, cela n’avait pas de sens, Â« Tout festival doit un moment donner se poser la question de l’avenir, c’est très important de transmettre Â», mais il ne se fait pas d’illusion, tous les membres de la Learning expedition sont motivés et tenterons de franchir les étapes importantes, « Parfois les gens ont un peu le sentiment que l’humour c’est facile, on monte sur scène, on raconte deux trois blagues, mais la réalité c’est que c’est un métier difficile, vous voulez en faire tant mieux mais il faut comprendre que y ‘aura des étapes à franchir pour pouvoir ensuite faire carrière Â». 

Et justement nous somme parti à la rencontre des talents de demain. Au Spotlight, dans une ambiance bonne enfant, trois hommes et trois femmes qui ont vécu chacun des histoires différentes. Malik Farés et Fanny Simon ont deux parcours très différents, Malik ne lui s’intéressait que très peu à l’humour, mais il avait « des choses à raconter Â», alors que pour Fanny son amour de la scène vient d’une rupture amoureuse qui l’a convaincu de se lancer. « L’humour ça m’a permis de m’en sortir, de tenir, je me suis dis « C’est ça que je veux faire ! Â». Cette expérience leur permet de s’améliorer sur des techniques et leur texte, « On est dans l’inconfort, il faut aller trifouiller et changer des choses pour que l’on s’améliore Â» raconte Fanny. Pour Malik, très détendu au moment de l’interview, l’expérience est extrêmement enrichissante : « La première journée est passionnante, franchement faites-le. Venez ici dans les hauts-de-France et faites cette formation, vous qui demain voudriez monter sur scène… Â» lance-t-il regard caméra. Et lorsque l’on demande à Malik s’il a hâte de se présenter sur scène dans quelques heures, sa réponse est très claire, « Frère je jouais dans ma chambre pendant le confinement, bien sûr que je suis prêt ! Â».

En tout cas avec ces très belles soirées, Lillarious a largement rempli son contrat, plusieurs milliers de visiteurs, les deux soirées de gala complètes, tout était réuni pour que cette première édition soit une réussite. 

 

Benjamin Degreve


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s