Réchauffement climatique : les oiseaux en péril ?

Les effets du réchauffement climatique sont suspectées d’avoir des conséquences considérables sur les oiseaux. Des naturalistes ont pu observés ces dernières années des répercutions irréversibles suite à ce dérèglement climatique ; diminution de la taille des oiseaux au fil du temps, disparition d’espèce, changement d’air de répartition, périodes due reproduction décalées etc… Mais certains acteurs essaient à leurs échelles d’apporter leurs aides à la biodiversité et de préserver aux maximum les espèces menacés.

Depuis la fin des années 90, les effets du réchauffement climatique sont suspectés d’avoir des conséquences considérables sur les volatiles. Cette éventuelle hypothèse a émergé par les observations dites « opportunistes » des naturalistes. Plusieurs études réalisées sur plusieurs dizaines de milliers d’oiseaux migrateurs établissent un lien entre la hausse des températures et la tailles des oiseaux, cela touchant particulièrement les oiseaux chanteurs. Plusieurs autres études ont appuyé ce phénomène, où des chercheurs australiens ont eux aussi étudiés les changements physiques chez 83 espèces d’oiseaux chanteurs. En effet, ces oiseaux devenaient plus petits au fil des années en raison de l’augmentation des températures. En mars 2019, des chercheurs d’Afrique du Sud ont donné le même constat à partir du poids de la bergeronnette à grande queue ; l’espèce d’oiseau devenu la plus légère.

Une autre étude a été établie qu’un tiers des oiseaux de campagne ont disparu ces 15 dernières années. « Un quart d’espèces d’oiseaux ont disparu en 17 ans », affirme le biologiste et fondateur de Béké Biodiversité Brieuc Kerisit.

De plus, dans le Wall Street Journal, les naturalistes expliquent qu’en effet les oiseaux migrateurs sont déjà confrontés à de nombreux risques liés « au monde moderne » et qui affecteraient leurs croissances. Parmi ces risques résident d’une part , la disparition de leur lieu de nidification, et le changement d’air de répartition des oiseaux, qui font partis de ces nombreuses autres conséquences. Sarah Pischiutta, directrice du GON, une association d’étude de valorisation et de protection de la faune sauvage des Hauts de France, nous explique le phénomène du décalage phonologique « Pour certaines espèces d’oiseaux, nous pouvons contacter grâce à des études et un suivi de plusieurs années, que ces espèces ont du migré plus au nord » «  Mais aussi que leurs périodes de reproduction se décale dans le temps ». 

Heureusement certains acteurs proposent des solutions à leurs échelles, c’est le cas de Brieuc Kerisit, biologiste, qui a décidé de créer Béké Biodiversité deux ans auparavant, en reliant recyclage et biodiversité. A partir de palettes recyclées il construit des nichoirs pour les oiseaux. 

C’est notamment à travers ces ateliers de construction que Brieuc tente de faire évoluer les mentalités. L’objectif étant de permettre à chaque individu de contribuer à son échelle à la préservation des espèces menacées. 

Cicero Marie.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s