Boum MĂ©dia – Interview d’Aton đźš”

De passage Ă  Lille le 11 octobre 2020 pour une confĂ©rence autour de son dernier livre, « FĂ©ral, Cette force qui existe en nous » nous avons rencontrĂ© Aton ancien membre du GIGN qui a dĂ©cidĂ© de parler Ă  visage dĂ©couvert de ses expĂ©riences.

Pendant 15 ans, Aton de son surnom, a Ă©tĂ© un opĂ©rateur au GIGN, des expĂ©riences et du vĂ©cus il en a. Aujourd’hui reconvertit dans le cinĂ©ma il se sert de son expĂ©rience pour donner Ă  la nouvelle gĂ©nĂ©ration l’envie de rejoindre le GIGN. MĂ©thodes, techniques, expĂ©rience, Bataclan et sa nouvelle carrière d’acteur tout est Ă©voquĂ© sans langue de bois comme le fait si bien Aton.

Combien de temps au GIGN et pourquoi ?

J’ai fait 20 ans d’armĂ©e, 2 ans en première CP, 18 ans en gendarmerie, 15 ans au GIGN. Pourquoi le GIGN, car en dĂ©cembre 1994, j’ai Ă©tĂ© tĂ©moin de la prise d’otage Ă  Marignane, qui s’est fini par l’intervention du GIGN. 

Quelle mission vous a le plus marquĂ© ? 

Toutes les missions sont différentes, toutes reposent sur des techniques différentes à chaque fois. Celle qui a demandé le plus d’engagement au niveau individuel et sur un geste technique qui a fait appel à toutes mes connaissances, c’est Fleury-Mérogis.

Qu’est ce qui s’est passe Ă  Fleury ? 

Un dĂ©tenu avait pris son psy en otage, il y a eu 10 heures de prise d’otages, 8h de nĂ©gociations et tout ça s’est terminĂ© par un tir dans la gorge du preneur d’otage pour le maintenir lui et l’otage en vie, bien Ă©videmment. 

Quels conseils pour un futur membre du GIGN ? 

Alors de ne surtout pas se laisser porter par le doute. Parfois les gens, les extĂ©rieurs, pourraient immiscer en vous, ne jamais laisser cette part de doute vous envahir. Les gens ont parfois tendance Ă  vous faire douter de vos capacitĂ©s alors qu’ils vous connaissent très peu. Parce que quand on annonce Ă  16 ans qu’on veut rentrer au GIGN on se heurte Ă  un certain nombre de jugements et de critiques et en mĂŞme temps certaines personnes favorisent l’idĂ©e et aide. Moi je prĂ©conise de se tourner vers les gens bienveillants et qui vont vous aider par le mental. Physiquement il ne faut surtout pas nĂ©gliger les Ă©preuves. 

Y a-t-il un manque de communication entre le gouvernement et le GIGN ? 

Quand on voit la difficultĂ© des gens sur le terrain et le fossĂ© entre des idĂ©es qui sont prises dans des ministères et qui ne sont pas applicables sur le terrain ou très difficilement, Oui moi je critique je dis les choses, je fais un constat en toute objectivitĂ©. 

Quand on nous dit que le GIGN sera prĂ©sent et devra intervenir dans un dĂ©lai de 20 minutes je comprends qu’on ait fait des antennes GIGN parce que le GIGN ne peut pas se dĂ©placer de Versailles Ă  Marseille en 20 minutes oĂą alors j’ai loupĂ© quelque chose (rires…) 

Comment avez-vous vĂ©cu l’attentat au bataclan ? 

Très difficilement, car quelque part on s’attendait à des choses comme ça. Mais c’est vrai qu’une partie de la population était surprise, nous un peu moins et on aurait aimé avoir plus d’engagement sur ces missions-là.

C’était une période très compliquée après coup c’est toujours facile de dire on aurait dû faire si on aurait dû faire ça, d’ailleurs on a fait des débriefings y a toujours trop de mort, le bataclan on n’a jamais connu ça été une tuerie de masse, c’est des choses insoutenables pour les gens et pour nous qui avons la vocation de servir et de protéger… On se sent un peu comme impuissant.

Combien de temps au GIGN et pourquoi ?

J’ai fait 20 ans d’armĂ©e, 2 ans en première CP, 18 ans en gendarmerie, 15 ans au GIGN. Pourquoi le GIGN, car en dĂ©cembre 1994, j’ai Ă©tĂ© tĂ©moin de la prise d’otage Ă  Marignane, qui s’est fini par l’intervention du GIGN. 

Quelle mission vous a le plus marquĂ© ? 

Toutes les missions sont différentes, toutes reposent sur des techniques différentes à chaque fois. Celle qui a demandé le plus d’engagement au niveau individuel et sur un geste technique qui a fait appel à toutes mes connaissances, c’est Fleury-Mérogis.

Qu’est ce qui s’est passe Ă  Fleury ? 

Un dĂ©tenu avait pris son psy en otage, il y a eu 10 heures de prise d’otages, 8h de nĂ©gociations et tout ça s’est terminĂ© par un tir dans la gorge du preneur d’otage pour le maintenir lui et l’otage en vie, bien Ă©videmment. 

Quels conseils pour un futur membre du GIGN ? 

Alors de ne surtout pas se laisser porter par le doute. Parfois les gens, les extĂ©rieurs, pourraient immiscer en vous, ne jamais laisser cette part de doute vous envahir. Les gens ont parfois tendance Ă  vous faire douter de vos capacitĂ©s alors qu’ils vous connaissent très peu. Parce que quand on annonce Ă  16 ans qu’on veut rentrer au GIGN on se heurte Ă  un certain nombre de jugements et de critiques et en mĂŞme temps certaines personnes favorisent l’idĂ©e et aide. Moi je prĂ©conise de se tourner vers les gens bienveillants et qui vont vous aider par le mental. Physiquement il ne faut surtout pas nĂ©gliger les Ă©preuves. 

Y a-t-il un manque de communication entre le gouvernement et le GIGN ? 

Quand on voit la difficultĂ© des gens sur le terrain et le fossĂ© entre des idĂ©es qui sont prises dans des ministères et qui ne sont pas applicables sur le terrain ou très difficilement, Oui moi je critique je dis les choses, je fais un constat en toute objectivitĂ©. 

Quand on nous dit que le GIGN sera prĂ©sent et devra intervenir dans un dĂ©lai de 20 minutes je comprends qu’on ait fait des antennes GIGN parce que le GIGN ne peut pas se dĂ©placer de Versailles Ă  Marseille en 20 minutes oĂą alors j’ai loupĂ© quelque chose (rires…) 

Comment avez-vous vĂ©cu l’attentat au bataclan ? 

Très difficilement, car quelque part on s’attendait à des choses comme ça. Mais c’est vrai qu’une partie de la population était surprise, nous un peu moins et on aurait aimé avoir plus d’engagement sur ces missions-là.

C’était une période très compliquée après coup c’est toujours facile de dire on aurait dû faire si on aurait dû faire ça, d’ailleurs on a fait des débriefings y a toujours trop de mort, le bataclan on n’a jamais connu ça été une tuerie de masse, c’est des choses insoutenables pour les gens et pour nous qui avons la vocation de servir et de protéger… On se sent un peu comme impuissant.

Qu’est ce qui a changĂ© depuis que vous avez quittĂ© le GIGN ?

Plus facile d’y rentrer ? Oui les critères ont changĂ©, les hommes ont changĂ©s, la sociĂ©tĂ© a changĂ© donc les mĂ©thodes de recrutement ont Ă©voluĂ©. Alors plus dur plus facile, je n’ai pas refait les tests, après j’ai mon avis mais j’ai le mĂŞme avis que comme beaucoup de gens qui disent de mon temps c’était plus dur. J’aurai tendance Ă  dire ça, maintenant les effectifs ont besoin d’être gonflĂ©s aussi, il faut du monde mais pas baissĂ© en qualitĂ©. Il faut un juste milieu. 

Quand je suis rentrĂ© au GIGN il y avait 40 opĂ©rationnels maintenant on annonce 1000 opĂ©rationnels, y a un juste milieu entre la qualitĂ© et la quantitĂ©. Peut-ĂŞtre qu’un moment donnĂ© il n’y avait pas assez pour rĂ©pondre Ă  des prises d’otages massives. 1000 maintenant ça fait beaucoup, est ce que c’est nĂ©cessaire de donner autant d’effectifs GIGN je ne sais pas, ce n’est pas Ă  moi de juger. Qui je suis pour mettre mon grain de sel lĂ -dedans ? Tout ce que je veux dire c’est que ces 4 lettres ont une valeur et que ces valeurs ne doivent pas ĂŞtre dĂ©valuĂ©s. 

Qu’est ce qui a changĂ© depuis que vous avez quittĂ© le GIGN ?

Plus facile d’y rentrer ? Oui les critères ont changĂ©, les hommes ont changĂ©s, la sociĂ©tĂ© a changĂ© donc les mĂ©thodes de recrutement ont Ă©voluĂ©. Alors plus dur plus facile, je n’ai pas refait les tests, après j’ai mon avis mais j’ai le mĂŞme avis que comme beaucoup de gens qui disent de mon temps c’était plus dur. J’aurai tendance Ă  dire ça, maintenant les effectifs ont besoin d’être gonflĂ©s aussi, il faut du monde mais pas baissĂ© en qualitĂ©. Il faut un juste milieu. 

Quand je suis rentrĂ© au GIGN il y avait 40 opĂ©rationnels maintenant on annonce 1000 opĂ©rationnels, y a un juste milieu entre la qualitĂ© et la quantitĂ©. Peut-ĂŞtre qu’un moment donnĂ© il n’y avait pas assez pour rĂ©pondre Ă  des prises d’otages massives. 1000 maintenant ça fait beaucoup, est ce que c’est nĂ©cessaire de donner autant d’effectifs GIGN je ne sais pas, ce n’est pas Ă  moi de juger. Qui je suis pour mettre mon grain de sel lĂ -dedans ? Tout ce que je veux dire c’est que ces 4 lettres ont une valeur et que ces valeurs ne doivent pas ĂŞtre dĂ©valuĂ©s. 

A Lire aussi : Rencontre avec Chris.R

Benjamin Degreve


Une réflexion sur “Boum MĂ©dia – Interview d’Aton đźš”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s