L’obésité infantile ne cesse d’augmenter en France

Classé deuxième des pays possédant le meilleur indice santé en Europe, la France est confronté à un fléau depuis plusieurs années : l’augmentation des cas d’enfants touchés par le surpoids ou l’obésité. L’OMS nous mets en garde via un rapport publié le 3 mai dernier que le taux d’enfant touché par cette maladie en Europe s’élève à 33%, soit près d’un enfant sur trois. Alors que les causes peuvent être multiple, le professeur Jean-Michel Lecerf, chef de service à l’institut Pasteur tente de nous en expliquer la provenance. « C’est une maladie plurifactorielle, avec des facteurs liés au mode de vie et à la génétique, nous sommes tous différents face à l’alimentation et à la santé. Néanmoins les facteurs sur lesquels on peut agir sont le mode de vie, l’alimentation et l’activité physique. » Pour tenter de réduire le nombre de cas, plusieurs professionnels de santé s’accorde à dire que la prévention peut jouer un rôle important. « Un enfant en situation de surpoids ou d’obésité a une chance sur deux de ne plus l’être, c’est pour cela qu’à cet âge la prévention est très efficace. Si ce n’est pas le cas il va commencer, à rentrer dans les désordres métaboliques que l’enfant ne va pas ressentir négativement mais qui sont mauvais signe. » nous explique le professeur.

Dans le cycle d’évolution de l’enfant, l’école joue un rôle primordial car il y passe l’essentiel de son temps.
C’est pour cela qu’il est important que ce lieu ou ils pratiquent des activités sportives et ou ils se nourrissent soit très à cheval sur les questions de malnutrition. Certains directeurs ou directrices d’écoles on fait le choix d’utiliser eux même les services de restauration afin que ces derniers ai un impact positif sur la santé des enfants. « Personnellement je mange tout les jours à la cantine, et c’est vraiment le meilleur point car lorsqu’on le vit c’est mieux que sur papier. Je sais si c’est bon ou pas. » nous explique Natasha Basse, directrice de l’école du Sacré Coeur. Ce n’est pas les seules mesures mise en place par l’établissement qui a pris la décision de supprimer les gouter et de rassembler tous les anniversaires afin de réduire la consommation de sucre dès le plus jeune âge.

Si néanmoins, l’enfant est sujet au surpoids ou à l’obésité, certains professionnels de santé sont la pour guider les parents afin d’adopter les bons gestes pour guider l’enfant vers une nutrition plus saine.
« Il ne faut surtout pas culpabiliser, ce n’est pas parce qu’on a un enfant en surpoids qu’on est un mauvais parent. Il faut savoir qu’un enfant n’est pas capable de gérer ce qu’il a dans son assiette, il est simplement quand le fait d’aimer la vie. L’objectif est donc d’accompagner les parents a faire des plans alimentaires ou des menus par exemple. Souvent ils le savent de bon sens. » nous informe Cécile Fanchon diététicienne. Face à une expansion des cas d’enfants touchés par le surpoids ou l’obésité, l’objectif reste donc très clair, informer le maximum de personnes afin de pouvoir faire face à ce problème.

Maxime Gémin


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s